La sécheresse de cet été 2022 a des conséquences dramatiques pour l’environnement, et d’une certaine façon pour le tourisme. Le manque d’eau se fait ressentir partout où il y a des activités nautiques, mais pas que.

Un été sans pluie, avec des canicules à répétition

Tous les records ont été battus cet été en matière de relevés météo. Des précipitations quasi inexistantes dans de nombreuses régions, pour ne pas dire toutes. Même les régions les plus exposées à l’ouest sont en déficit. La pluviométrie est au plus bas, ce qui n’arrange évidemment pas le niveau des nappes phréatiques.Dans les régions de montagnes, c’est également flagrant, le cas des Gorges du Verdon fait partie des lieux touristiques très pénalisés par le manque d’eau.

Les professionnels du tourisme sont inquiets, mais au-delà de ce problème économique, une toute autre inquiétude commence à naître, c’est le manque d’eau. Les français peuvent redouter une augmentation du coût de l’eau à court terme. Il est vrai que certaines communes sont obligées d’aller chercher de l’eau par citerne 2 à 3 fois par semaine. Cela n’est évidemment pas gratuit.

Interdiction de faire l’appoint des piscines, jacuzzi et autres bains à remous

Une autre conséquence, c’est l’interdiction de remplir les piscines. On comprend que cela a des conséquences néfastes, étant donné que les températures sont très élevées. Certains touristes ne peuvent pas profiter des piscines, car techniquement, il est impossible de faire fonctionner les pompes si le niveau est trop bas. D’autres conséquences sont liées aux risques d’incendies. On a interdit les feux d’artifice, c’est le cas à Gérardmer dans les Vosges, où là aussi la commune est en sécheresse, avec l’obligation de pomper l’eau du lac, vu que les sources sont incapables d’alimenter suffisamment les besoins des habitants et vacanciers.

Vous pouvez également aimer :